Main menu:

    Translate to:

Catégories

Celendrier

septembre 2014
L Ma Me J V S D
« août    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Archives

Nuage de mots-clefs

Faire un don

Etat islamique en Irak et au Levant, Califat, EIIL, EI, ISIS, Daash, embrouille son nom mais son programme reste limpide

L’Etat islamique fait varier son appellation presque aussi souvent qu’il se livre  à des atrocités que l’on croyait avoir disparues en ce siècle de lumières/ténèbres: décapitation au sabre, éradication de populations entières, esclavage, prostitution forcée de mineures sous couvert de mariage dans des bordels militaires. Au moins, en son temps, l’Inquisition se livrait à un semblant de procès avant ses exécutions en Place de Grève.

Son programme toutefois est limpide : créer un Etat musulman sunnite qui s’étende, pour commencer, de l’Irak à la Méditerranée, et qui devra obéir  à la lettre à la Sharia (loi musulmane de stricte obédience). Qu’est-ce à dire ?
- Interdiction totale de l’alcool- Interdiction totale de la cigarette et autres dogues

- Interdiction d’écouter la musique

- Interdiction aux femmes de sortir de la maison, sauf cas de force majeure

- Hors de la maison les femmes doivent être complètement voilées

- Obligation pour tout homme de prier cinq fois par jours, faute d’avoir les mains coupées

- Interdiction de faire flotter tout drapeau à l’exception de celui du Califat

- Les « mécréants » doivent se convertir à l’Islam sunnite, sinon comme les Chiites et les Yazidim ils sont exécutés

- Interdiction de réunion à l’exception de celles de l’organisation

- Interdiction de prier sur les tombes des Tsaddikim (Sages), ce qui est assimilé au   paganisme. D’où la destruction récente de la tombe supposée du prophète Jonas à Mossoul.

- Les Juifs et les Chrétiens sont tenus de payer des impôts exorbitants, sinon ils sont priés d’aller voir ailleurs en laissant leurs biens derrière eux. Les récalcitrants seront exécutés


L’Occident, comme à son habitude, comprend, s’informe mais ne réagit pas, se refilant à qui mieux mieux la patate chaude. Obama avoue ne pas avoir encore encore défini une stratégie et déclare ne pas vouloir mettre la charrue avant les bœufs. Question: qui sont les bœufs et où se trouve la charrue ? Même l’attaque au musée de Bruxelles qui s’est soldée par le meurtre de deux Israéliens revendiqué par Daash a été balayée sous le tapis. David Cameron s’émeut parce que le décapiteur diplômé est un sujet britannique.
Et pourtant, les combattants de Daash ne comptent pas plus de 10.000 énergumènes, soit la moitié des effectifs du Hamas et, contrairement à ce dernier, ils évoluent en terrain découvert et sans boucliers humains, ce qui devrait en faire une proie plus facile pour l’aviation de chasse américaine. Sans faire preuve de chauvinisme outrancier, Tsahal en viendrait à bout en deux jours, mais l’Occident n’a pas encore sollicité les services  de l’Etat juif pour  régler le problème.
Israël aurait d’ailleurs bien tort de s’opposer au Califat en devenir qui, en s’en prenant aux Etats arabes modérés, devient son allié objectif, partant du principe élémentaire que les ennemis de tes ennemis deviennent tes amis.
Ravivons la mémoire  à tous ceux  qui apparentent Daash aux méchants et Hamas aux gentils. Après qu’Israël ait éliminé trois chefs opérationnels du Hamas, ce dernier a exécuté en place publique une trentaine de pseudo collaborateurs et ce, à grand renfort de caméras.  Il est patent, malgré les arguties du Hamas selon lesquelles ces derniers sont passés en jugement, que le Hamas a exécuté froidement trente Gazzaouis, vraisemblablement innocents pour la plupart, dans le but d’effrayer la population et de l’empêcher de protester contre la stratégie suicidaire de ceux qui sont censés défendre la dite population.
Le Hamas, comme les Frères musulmans sunnites, ne se distinguent en rien  du soi-disant Califat de l’Irak et du Levant, ni sur le plan doctrinaire, ni sur le plan des méthodes. La seule différence est que l’IL annonce la couleur et que le Hamas revêt, quand ça l’arrange, des habits de respectabilité.
Enfin, comme on n’est mieux cité que par soi-même, je vous invite à lire mon article qui annonce « Le jour où il ne restera plusqu’Israël et l’Islam face à face, est arrivé ». L’incapacité, aveuglement, trouille bleue, lâcheté et génuflexion de  l’Occident devant l’Islam, montre bien  qu’Israël est devenu  le seul garant de ce qui reste de la civilisation occidentale face aux barbares. A ce constat vient s’ajouter l’exil des Juifs d’Europe poussés par les mêmes hordes islamistes associés/affiliés aux Hamas/Daash et à leur idéologie, et abandonnés par les Gouvernements/pouvoirs publics locaux. La disparition imminente de tous les juifs de Norvège en est un excellent exemple.

70 Israéliens sont morts dans cette guerre, chacune des 70 Nations nous doit une âme

Nous n’avons pas provoqué, ni voulu de cette guerre, elle nous a été  imposée par nos ennemis, et amplifiée, encouragée et médiatisée, à  notre désavantage  bien sûr, par à  peu près toutes les Nations de la terre qui sont, comme nos textes nous l’enseignant,  au nombre de soixante-dix

Septante, comme les 70 peuples et langues (Am vé Lashon) qui ont émergé de la Tour de Babel,  Septante comme le Guématria (valeur numérique) de Gog et Magog, soit le nombre total des Nations à qui Israël fera la guerre à la fin des temps (et qu’elle gagnera). Mais aussi, 70 comme les âmes que convertit Abraham et qui le suivirent dans sa route vers Canaan, 70 Hébreux  qui rentrèrent avec Jacob en Egypte, 70 membres du grand Sanhédrin (Grand Tribunal),   en référence aux 70 Anciens qui accompagnaient et assistaient Moïse (Nombres 11:6) dans le désert… Le chiffre 70 n’est pas un chiffre comme les autres  pour les Hébreux, c’est tout un symbole, voire un programme.

Dans cette guerre imbécile et inutile, Israël ne s’est pas contenté de lutter contre des Gazziates mais elle a dû faire face aux soixante-dix nations qui l’ont critiqué, boycotté, traité de tous les noms d’oiseau. Négligeant et oubliant tous les massacres et génocides auxquels se livrent les Arabes, y compris contre les Chrétiens, ses frères,  l’Occident s’est focalisé sur Israël, ces « Nazis  et criminels de guerre  juifs ».
Bibi Netanyahou, tant vilipendé, ne s’est pas contenté de livrer la guerre aux Arabes mais a dû aussi batailler avec tous les dirigeants, si sensibles, des soixante-dix Nations pour qui seules comptent les images exportées de Gazza, diffusées et amplifiées par les Médias d’une partialité à vomir. Les Américano-européens ont oublié l’Ukraine et Poutine et, les deux grands dadais qui siègent à Washington, lire Obama et Kerry,  suivis, voire précédés par leurs collègues européens ont porté toute leur sollicitude à Gazza meurtri.

Des soldats israéliens ont été tués à Gazza, les civils israéliens  ont été bombardés pendant 50 jours, tués, blessés ou « simplement » traumatisés »,  et les Juifs en Diaspora ont été livrés à la foule haineuse qui a scandé en toute impunité « mort aux Juifs ».
Il est clair aujourd’hui qu’Israël doit faire face, non seulement aux Arabes mais aussi à l’Occident qui les soutient. Bien des morts auraient pu être évités si l’Occident l’avait voulu. Mais non, il a laissé faire et c’est Mahmoud Abbas qui a finalement sifflé – provisoirement – la fin du match.

Un  jour les soixante-dix Nations devront rendre des comptes des 70 âmes qui nous ont été enlevées

Le jour où il ne restera plus qu’Israël et l’Islam face à face, est arrivé

Un passage étrange figure dans la toute dernière prophétie de Bilaam (Pentateuque Les Nombres 24 :24), celle qui se rapporte à la fin des temps  אוי מי יחיה משמו אל qui pourrait se traduire par « Oï, qui peut vivre quand dieu ne l’a pas voulu » ou « qui peut survivre à la dévastation décidée par dieu »  ou « qui survivra quand il se fait dieu » ou « qui survivra quand dieu réglera ses comptes avec nous ». En fait, la traduction qui me semble  la plus plausible est fournie par le Zohar (Targum Jonathan v 23) Rabbi Shimon bar Yohaï dit : « Hélas ou Oï Voï  (comme disent les Ashkénazim), qui survivra à l’époque d’Ismaël ? ». En effet,  il faut lire non pas מי יחיה משמו אל mais מי יחיה מישמעאל qui signifie : « Hélas, qui vivra devant Ismaël, ou à l’époque d’Ismaël ? »

Il est clair que nous sommes confrontés à une époque où Ismaël, lire l’Islam, lire les Arabes (entendus au sens large, puisque les Iraniens, qui ne sont pas des Arabes, ont malgré tout leur mot à dire) sont excessivement présents sur toutes les scènes et que, au bas mot, ils polluent notre existence, avec une préférence marquée pour Israël.  Pourquoi et comment ? Petit condensé historique:
Après s’être massacré allègrement pendant deux guerres mondiales, l’Occident est entré dans une phase d’atonie. Plus jamais ça, plus de guerres, plus de massacres, nous sommes tous frères, alors pourquoi diantre nous combattre ?  La construction européenne et les faux espoirs qu’elle a suscité,  a permis d’amplifier  cette fraternité et, la conséquence directe est la suppression de forces armées européennes, ce qui ne permet plus aux pays d’Europe de donner du corps et de la crédibilité à leur diplomatie. De surcroit l’envahissement de l’Europe par les hordes maghrébines, turques et africaines a modifié la physionomie de l’ancien Continent qui s’africanise et s’islamise à une vitesse ahurissante.
L’implosion de l’URSS et la fin de la guerre froide auraient dû théoriquement placer les Etats-Unis dans la position dominante de Sheriff de l’Univers, à la condition qu’un Président couillu  prenne les reines du monde libre. Mais, l’apparition sur la scène internationale d’un Baraq Hussein Obama, pseudo chrétien, pseudo musulman, a eu pour conséquence d’affaiblir l’Amérique et de la soustraire de toutes les  zones de conflits, réduisant les Etats-Unis à un Etat lambda qui ne compte guère plus que l’Angleterre ou la France. Le refus d’Obama de s’engager dans tout conflit contre l’Islam conquérant, sûr de lui et dominateur, permet aux hordes barbares de s’en donner à cœur joie.
La conséquence de ces deux facteurs placent l’Occident hors-jeu dès lors qu’il s’agit de faire entendre sa voix dans le monde. L’ONU vampirisé par les Etats du tiers monde ne reflète plus que la voix des pays musulmans acoquinés avec les pays Africains.
Revenons à Israël et Ismaël et joignons leur un autre protagoniste biblique de taille : Esaü (dit aussi Edom, le rouge), qui n’est autre que le frère de Jacob/Israël. Nos sources s’accordent pour affirmer qu’Esaü est l’ancêtre des fondateurs de l’Occident chrétien, dont la Capitale fut Rome avant de se décentraliser à Washington.
La faillite religieuse, idéologique de l’Europe a ôté toute autorité au Vatican et, la faiblesse, l’incertitude, voire peut-être le machiavélisme d’Obama, a dépouillé Washington du poids politique qui fut le sien. Les premiers à avoir compris le vide ainsi créé, sont les Islamistes qui n’ont plus rien à craindre de l’Occident.  Leur moment est venu. N’oublions pas non plus qu’Esaü, en manque de repères idéologiques, n’a rien trouvé de mieux que d’épouser la fille d’Ismaël, ce qui correspond exactement aux alliances, aux rapprochements et aux compromissions de toutes natures que les Européens cherchent et réussissent à tisser avec les Musulmans.
Alors que reste-t-il, qui sont les protagonistes sur lesquels reposent la paix ou le chaos ? La réponse coule de source, suite à la disqualification du joueur central qui fut l’Occident chrétien, dominant pendant deux millénaires, il ne reste plus en présence qu’Ismaël et Israël pour redessiner le monde à venir qui,  soit, à dieu ne plaise, tombera dans l’incurie et la barbarie coranique ou, disons dans autre chose.
La guerre entre le Hamas et Israël, aussi pénible qu’elle soit, n’est que le prélude à des conflits qui toucheront Israël et le Moyen-Orient, mais aussi toute l’Europe qui, pour la première fois, est bien moins préparée qu’Israël pour y faire face. Je continue néanmoins à faire confiance aux Etats-Unis de l’après Obama

Discours de François Hollande sur les Musulmans de France qui ne respectent ni la République, ni les Lois, ni la culture française

« En France, chacun doit vivre comme des Français. N’importe quelle minorité, de n’importe où, si elle veut vivre en France devrait parler le français  et devrait respecter les lois françaises.  S’ils préfèrent la Loi de la Sharia  et vivre selon les préceptes musulmans, alors nous leur conseillons d’aller vivre là où telle est la loi nationale. La France n’a pas besoin de  minorités musulmanes. Les minorités ont besoin de la France et nous ne leur accorderons pas de privilèges spéciaux ni n’essaierons de changer nos lois  pour les adapter à leurs désirs, peu importe leurs hurlements contre notre  prétendue discrimination.  Nous ne tolérerons pas de manque de respect à notre culture française. Nous devrions savoir tirer les conséquences des  suicides de l’Amérique, l’Angleterre et de la Hollande, si nous  voulons survivre en tant que nation. Les musulmans reprennent ces pays mais ils ne prendront pas le contrôle de la France.  Les coutumes françaises et nos traditions ne sont pas compatibles avec leur manque de culture ou leurs coutumes primitives. Lorsque cette honorable assemblée pense à créer de  nouvelles lois, elle doit prendre essentiellement en considération l’intérêt  national français et, considérant que les minorités musulmanes ne sont pas des  français, elle ne doit pas prendre en compte la Sharia, la loi des  musulmans ».

C’est par une ovation debout de cinq minutes que les membres  des deux Assemblées réunies ont salué ce discours de François Hollande.

N.B Ce n’est pas François Hollande qui a prononcé ce discours devant les deux Assemblées réunies,  mais Vladimir Poutine le 14 Août 2014, devant la Dūmā. Je n’ai fait que remplacer « la Russie et les Russes » par « la France et les Français ».  Ça fait la dif !!

Bordure Protectrice, après une opération de dératisation ne faut-il pas faire la paix avec les rats ?

Soyons clairs, Tsuk Eytan improprement traduit par « Bordure Protectrice »  n’est ni une opération militaire, ni une guerre mais une tentative de dératisation.  Or, une dératisation suppose des moyens et des outils qui ne figurent pas dans l’arsenal d’une armée moderne. Les rats se cachent et circulent sous terre, s’engouffrent dans les tunnels, les coins et les recoins qui ne sont pas à la portée ni de l’aviation, ni de l’artillerie.

Certes il existe des moyens de dératisation efficaces. On peut affamer les rats, on peut les noyer, on peut les empoisonner, mais cela suppose qu’Israël adopte le postulat que les combattants du Hamas sont des rats et non des Humains.
Israël aurait fort bien pu noyer les tunnels qui quadrillent les sous-sols de Gaza, ce n’est pas l’eau de mer qui manque dans le coin,  il aurait pu employer toutes sortes de produits nocifs, liquides, gazeux et autres – je ne suis pas un technicien de la chose – pour  que les rats sortent de leurs tunnels à l’air libre ou périssent dans leurs trous, mais que voulez-vous, le gaz et les Juifs, ça ne fait pas bon ménage ensemble. Il aurait pu aussi empêcher tous les convois de nourriture et de médicaments de passer à travers les points de passage tenus par Israël, laissant aux Egyptiens le soin  de nourrir et de soigner leurs frères détestés (ce dont les Egyptiens se seraient royalement abstenus) et, dans ce cas, les rats se seraient mangés les uns les autres – lire les civils azziates se seraient retournés contre les dirigeants du Hamas – mais que voulez, vous, Tsahal possède quelque chose dont sont dépourvues toutes les armées du monde : une éthique. Alors Tsahal a cassé du béton et détruit quelques tunnels où les rats ont l’habitude de circuler, en travaillant dans la dentelle : la meilleure preuve, l’armée du Hamas n’a pas perdu plus de 3% de ses effectifs. Israël ne peut décemment pas appeler ça une victoire.
Je ne suis pas un va-t’en guerre, mais quand j’ai vu au Ma’hsom Erez (le point de passage nord entre Israël et Gazza) passer des camions et des camions de vivres  et de je ne sais quoi, entrer dans Gaza pour permettre au Gazaouis, qui nous haïssent, de vivre précisément,  je n’ai pu m’empêcher d’avoir un haut le cœur. Et dire que les Nations nous accusent de génocide et de crimes contre l’humanité. Les Nazis ont-ils fournis des vivres aux combattants du Guetto de Varsovie pour leur donner d’avantage de forces pour les combattre ?

Cela dit, force est d’admettre que les Hamas a su résister un mois entier face à la meilleure armée du monde en employant la stratégie qu’il a jugé la plus adaptée ; à savoir la stratégie du rat, et cela mérite quelque respect. A ce titre je m’interroge de savoir si ce n’est pas avec lui qu’il faut en définitive traiter et non avec le Fatah du fantoche de  Mahmoud Abbas ?

Liste exhaustive des ennemis d’Israël, ceux d’hier et d’aujourd’hui, selon les Psaumes de David

Moins connu que les prédictions apocalyptiques sur Gog et Magog dans Ezéchiel (38-39), le psaume 83 פגPaG  est intéressant dans la mesure où il pointe du doigt tous les ennemis la  d’Israël. Ce psaume est récité lors du jeune de Gedalia qui marque l’assassinat du dernier Gouverneur de Judée, et la fin de toute souveraineté juive en terre d’Israël. Le Roi David demande à Hashem de punir ses ennemis mais aussi de les faire revenir à Lui. Citons les passages qui nous intéressentCar voici, tes ennemis s`agitent, Ceux qui te haïssent lèvent la tête. Ils forment contre ton peuple des projets pleins de ruse, Et ils conspirent contre ceux que tu protèges. Venez, disent-ils, exterminons-les du milieu des nations, Et qu`on ne se souvienne plus du nom d`Israël! Ils se concertent tous d`un même coeur, Ils font une alliance contre Toi. Les tentes d`Édom et les Ismaélites, Moab et les Hagaréniens, Guebal, Ammon, Amalek, Les Philistins avec les habitants de Tyr. L`Assyrie aussi se joint à eux, Elle prête son bras aux enfants de Lot.

Qui sont ces ennemis et quel est leur objectif ?
Leur premier objectif consiste à éliminer Israël de la carte; leur stratégie est double: d’abord les exterminer physiquement et les exclure territorialement, puis, faire en sorte que l’on ne se souvienne plus du nom même d’Israël. Comme le disent  si joliment les Iraniens : « effaçons-les de la carte du temps et du Livre de l’Histoire ». Passe encore l’envie furieuse d’anéantir les Juifs qui occupent, selon les ennemis d’Israël, la Terre promise – ne pas lire exclusivement « Musulmans »; il y en a bien d’autres qui se réjouiraient de la disparition physique d’Israël – il convient surtout d’effacer jusqu’au souvenir d’Israël.  Cela revient à provoquer  une amnésie collective, une perte de mémoire qui devrait se traduire par la disparition de tous les ouvrages qui traitent d’Israël et de tout ce qui s’y rapporte, mais aussi, de tout ce qui touche à Israël ou aux Juifs dans Recherche Google. Imaginez-vous : n’importe quelle recherche dans Google, Yahoo ou tout auteur moteur de recherche,  qui inclurait le nom d’ « Israël » donnerait : pas de résultat, effectuer une nouvelle recherche.  Ou alors, Google vous proposera de remplacer « Israël » par un mot approchant ; genre « Ismaël ».
On est toutefois en droit de se demander si c’est bien Israël qui est la cible prioritaire ou bien Celui qui les protège ? En effet, le psaume 83 de préciser : ils font alliance contre Toi.
Les ennemis du Nom, de Hashém, font alliance contre Celui qu’ils haïssent parce que, dans leur naïveté et leur bêtise extrêmes, ils Le considèrent, non pas comme le D. Un unique ; donc par définition  aussi le leur, mais comme le Protecteur d’Israël. Annihiler Son peuple, revient à s’approprier dieu.. Il s’agirait  d’une forme de jalousie, ou, comme le diraient certains, de la recherche du père. Ma thèse est confirmée par la dernière phrase du Psaume qui nous explique que l’objectif final de David est :Qu`ils sachent que toi seul, dont le nom est l`Éternel, Tu es le Très Haut sur toute la terre! Le Psaume vise en effet, non seulement à demander le châtiment des méchants comploteurs, mais, faire en sorte à ce que ces haineux ignorants et jaloux, comprennent une fois pour toutes que le D. protecteur d’Israël est l’ETERNEL UN, et, qu’il n’y a pas à contester.
Voyons maintenant quels sont les partenaires en présence :
Les tentes d`Édom, les Ismaélites, Moab,  les Hagaréniens, Guebal, Ammon, Amalek, les Philistins avec les habitants de Tyr. Et comme cela ne suffisait pas, l`Assyrie aussi se joint à eux, elle prête main forte aux enfants de Lot.
Commençons par les Philistins que le psaume associe aux habitants de Tyr. Or les Philistins ont, tous temps, occupé une bande côtière le long de la Méditerranée, plus ou moins longue selon les époques mais guère plus large. La ville de Tyr ou Tsur, qui en hébreu et en arabe signifie la même chose, soit « Rocher » A noter que Tsur est l’un des multiples noms attribués à D. Tsur Israël, le Rocher d’Israël.La ville de Tyr au sud Liban existe depuis la nuit des temps. Y vivent aujourd’hui quelques 40.000 Libanais, dont un large contingent du Hezbollah.
Le Psaume 83 associe les Philistins et les habitants de Tyr, qui sont pourtant distants de quelques centaines de kilomètres. Éloignés géographiquement mais unis par la même volonté de détruire Israël, Le Hamas à Gaza, lire en terre de Plistin, est lié par le cœur au Hezbollah qui siège et sévit à partir du Liban. Donc, le roi David qui a vécu 10 siècles avant l’ère ordinaire, nous parle de l’actualité quotidienne au Proche-Orient, en insistant sur le lien étroit entre Les Palestiniens de Gaza et le Hezbollah au Liban, associé à la Syrie et financé par l’Iran.
Gebal, soit Jbeil en arabe et Byblos en grec, est située à au nord de Beyrouth. Il s’agit d’une des villes les plus anciennes du monde (-5000 ans avant l’ère ordinaire). Le roi David la considère au même titre que Tyr, associée aux Philistins et farouchement hostile à Israël
Les Ismaélites. Nous les connaissons bien, surtout si vous avez lu mon Essai « Ismaël et ses frères ». Ce sont les descendants du fils aîné et aimé d’Abraham et de Hagar, la servante de Sarah. Ils ont investi la Péninsule arabique et la plupart des Etats du Proche et Moyen-Orient jusqu’au confins de l’Inde. Leur rejeton le plus célèbre est Mahomet, dont les descendants et ceux qui se réclament de lui, ont fait une belle carrière, instaurant au passage une religion particulièrement intolérante, bien que largement inspirée par le Judaïsme. L’or noir qu’Allah a bien voulu enfouir dans leurs terres leur permettent de financer Al Qaeda et autres mouvements djihadistes de tout poil.
Les Hagaréniens sont les fils de Hagar et leurs descendants. Mais il ne peut s’agir des enfants conçus par Abraham et Hagar. Nos sages, Ibn Ezra en particulier,  nous expliquent qu’après avoir été chassée par Abraham, Hagar eut un autre mari avec qui elle eut des enfants ; qui, par définition sont les demi-frères d’Ismaël. A ne pas confondre avec les frères d’Ismaël que mit au monde Ketoura, la femme qu’épousa Abraham après la mort de Sarah,  et que nos sages s’accordent à associent à Hagar.
La disproportion numérique entre les descendants de Hagar, qui sont légion, et le pauvre Itshak, fils unique d’Abraham et de Sarah, ancêtre des Hébreux est criante.  Citons Voltaire dans son dictionnaire philosophique à l’entrée « Abraham »:
Le fait est que la race d’Ismaël a été infiniment plus favorisée de Dieu que la race de Jacob. L’une et l’autre race a produit à la vérité des voleurs ; mais les voleurs Arabes ont été prodigieusement supérieurs aux voleurs juifs. Les descendants de Jacob ne conquirent qu’un très-petit pays qu’ils ont perdu ; et les descendants d’Ismaël ont conquis une partie de l’Asie, de l’Europe & de l’Afrique, ont établi un Empire plus vaste que celui des Romains, et ont chassé les Juifs de leurs cavernes, qu’ils appelaient la terre de promission.
Les Tentes d’Edom. L’énumération des ennemis d’Israël dans le psaume 83 commence par Edom et plus précisément par ses tentes. Rappelons qu’à l’époque biblique, Edom est un peuple situé au sud-est d’Israël, soit dans le haut Néguev et dans la Jordanie actuelle. Ce peuple descend d’Esaü, le frère jumeau de Jacob/Israël, à qui il en veut à mort pour s’être fait chiper le droit d’aînesse.  Le Psaume mentionne les tentes d’Edom et les Ismaélites. Les tentes se rattachement donc à Edom et non aux Ismaélites, ce qui est bizarre dans la mesure où à cette époque, tous ce braves gens habitaient sous des tentes.  Pourquoi alors mentionner les tentes pour les Edomites seuls et pourquoi ne pas mentionner seulement Edom, comme sont mentionnés les autres peuples ? Qu’apporte le mot « tentes » ?
Je n’ai trouvé auprès des commentateurs aucune explication, je suis donc contraint d’en imaginer une. Les Edomites ou Iduméens selon certains – soit les descendants d’Esaü, dit Edom le Rouge – furent effectivement dans l’antiquité un peuple installé à  l’est et au sud de Beer-Shéva, mais, la tradition nous apprend que leurs descendants coopérèrent, sous le règne d’Hérode,  avec les Romains puis, oeuvrèrent à la grandeur de Rome, lire la Chrétienté, lire les peuples occidentaux qui s’en réclament. La tradition juive nous apprend que nous vivons encore sous l’exil d’Edom, qui sera le dernier des quatre peuples oppresseurs qui auront asservi Israël. Le Roi David, visionnaire, ne se contente pas de nous décrire la situation géopolitique de son époque, mais nous décrit, dans sa vision prophétique, la fin des temps, ou, pour ne pas chagriner certains, fait de la prospective. Les tentes d’Edom, à mon sens, ne désignent pas seulement les habitations précaires de cette peuplade du Néguev mais se rapportent aussi à toutes les demeures d’Edom par la suite, jusqu’à nos jours. J’aime assez cette explication qui cadre bien avec la puissance acquise par l’Occident-Edom. La Torah ne nous dit-elle pas : Une nation sera plus forte que l’autre et l’aîné (Esaü) servira le plus jeune (Israël). (Genèse 25 :23). La Torah manifestement fait référence aux temps futurs, dans la mesure où, depuis deux mille ans nous assistons exactement à l’inverse.
Moav et Amon  occupent à l’époque biblique la partie orientale du Jourdain. La capitale d’Amon fut jadis Rabat-Amon, comme l’est aujourd’hui Amman, la Capitale de la Jordanie. Donc rien de nouveau sous le soleil depuis l’époque du Roi David et bien avant lui, d’ailleurs. J’associe volontairement ces deux peuples car ils sont issus du même père. Dans la tradition juive ils sont nommés « fils de Loth ». La Genèse attribue à ces deux peuples des origines incestueuses; en effet, après la destruction de Sodome et Gomorrhe, les deux filles de Loth pensèrent à tort que, que l’humanité tout entière allait être anéantie et que c’était à elles de repeupler le monde. Elles enivrèrent leur père, couchèrent avec et devinrent enceintes. La plus jeune enfanta un fils, qu’elle appela Ben Ammi, soit « fils de mon peuple », d’où les Amonites. L’aînée enfanta aussi un garçon, qu’elle appela Mo’Av ; soit « de mon père ». Il s’agit des Moabites. Rappelons que Loth fut le neveu d’Abraham, qu’il quitta avec lui leur ville natale pour se rendre en Canaan. L’oncle s’installa à l’ouest du Jourdain et le neveu préféra la Transjordanie. La Torah clairement exclut Amon et Moav, pourtant cousins, de la communauté d’Israël.Certains exégètes associent Ammon et Moav au Cananéens, mettant tout ce beau monde dans le même sac. Le Roi David, qui reconnaissons le, connaissait bien les ennemis d’Israël, n’inclut pas les Cananéens dans sa liste et ne demande pas leur tête à D. Les Cananéens, dont sont issus les Palestiniens du Fatah (raccourci rapide mais pas vraiment inexact), ne sont ni les ennemis d’Israël, ni ses cousins non plus. Ils sont des voisins avec qui bon gré mal gré il faut s’entendre. A signaler, qu’à l’inverse de tous les autres peuples cités dans le Psaume, ils ne disposaient pas du temps du roi David d’une entité territoriale qui leur fut propre. De là à dire que les Cananéo-palestiniens n’ont jamais existé en tant que peuple et Etat constitué, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement. De cette évidence découle d’ailleurs tous les problèmes que nous connaissons aujourd’hui : La Palestine dont on nous rabat des oreilles ne peut exister que dans le territoire des Philistins (voir plus haut) et certainement pas en Cisjordanie.
Revenons aux neveux Ammon Moav et à tous les autres cousins qu’a pu connaitre Israël ou qui se réclament d’une parenté avec lui, et disons tout net : Israël n’a pas de cousins, ni des neveux, ni des frères et pas de sœurs. Il est fils unique et entend le rester. Les Musulmans ont beau se réclamer d’Abraham, qui, selon eux, fonda la Mecque, les Chrétiens ont beau prétendre que leur prophète descend du roi David, par un père charpentier, Joseph, qui techniquement ne pouvait pas être son père. Tous ceux qui peu ou prou réclament une filiation avec Israël ne sont pas Israël et, par conséquent, n’ont aucune part dans son destin ou sa trajectoire.
Amalék ou la tribu des nomades Amalécites attaque les Hébreux dans le désert du Sinaï aussitôt après l’Exode d’Égypte, en s’en prenant en priorité aux faibles et aux traînards. Plus tard, le roi Saül  épargne Agag, descendant d’Amalék, ce qui lui vaudra de sérieux ennuis.  Les exilés du premier Temple, nous raconte le Livre d’Esther, faillirent être exterminés par  Haman, fils de Hamedata, descendant d’Agag. En fait Amalék  représente l’ennemi archétypal des Juifs quel que soit l’époque et le lieu. C’est de cet Amalék là dont parle le Roi David, celui de son époque, des époques qui l’on précédé et surtout de celles qui suivront. Il ne s’agit pas d’un quelconque chef bédouin mafieux du Sinaï mais de tous les ennemis irréductibles d’Israël et des Juifs à travers le temps et l’espace.
Sur ce,  et comme si cela ne suffisait pas, voilà que l’Assyrie se joint à tous les protagonistes cités pour leur prêter main forte. L’Assyrie a contrôlé des territoires immenses qui s’étendaient sur tout ou partie de l’Irak, de la Syrie du Liban, de la Turquie et de l’Iran. Les ennuis des Hébreux commencent quand Salmanazar V (727-722) détruit le royaume d’Israël et exile les 10 tribus. Aujourd’hui, près de 3000 après, l’Assyrie moderne composée de l’Iran de la Syrie du Liban, du Hamas et du Hezbollah menace de rayer Israël de la carte.
Qu’est-ce qui a changé fondamentalement entre l’époque davidienne et notre époque ? Absolument rien ! Le Psaume 83 nous fournit la liste exhaustive des ennemis d’Israël, ceux qui le ceinturent aujourd’hui et ceux qui leur viennent en aide. Ces derniers, je veux parler de l’Assyrie-Iran qui œuvre à sa destruction, et d’Edom-Amalék, couard et indifférent au mieux, objectivement associé, au pire, par sa passivité aux pires ennemis d’Israël.
Merci Melekh David pour ta liste exhaustive de nos ennemis d’hier et d’aujourd’hui et pour ton esprit prophétique; On attend impatiemment ton successeur.

J’ai écrit ce texte en Septembre 2012. Bien évidemment rien n’a changé depuis).

La fascination vis-à-vis de l’Etat juif et sa centralité dans l’inconscient collectif

Que l’on soit pro palestinien ou que l’on ne le soit pas, que l’on donne dans le misérabilisme simpliste nourri par les images de Gaza  dont nous abreuvent les média occidentaux et arabes ou que l’on soit dans le camp des « il faut leur balancer une bombe atomique sur la tête et en finir une fois pour toutes », une seule chose est indiscutable : c’est la centralité de l’Etat d’Israël dans le conscient, et aussi dans l’inconscient collectif. Tous les autres conflits, et il y en a d’autrement plus sanglants sur la planète terre, tous les autres problèmes qui accablent l’humanité, sont relégués aux oubliettes  dès lors qu’il s’agit d’Israël. Or, après tout, il ne s’agit que d’un conflit régional, circonscrit dans le temps, qui se déroule dans une zone géographique infinitésimale et qui, à priori, n’a pas d’incidence majeure sur la marche du monde. Alors, pourquoi cette fascination, pourquoi le monde s’arrête-t-il de tourner dès lors que l’Etat juif livre une guerre sommes toutes logique à une force ennemie qui le combat ?

Pour tenter d’y répondre, raisonnons par l’absurde : pourquoi à contrario le monde  se fiche comme de l’an 40 des autres guerres qui se déroulent au Moyen-Orient et des centaines de milliers de victimes arabes qu’elles provoquent ? La réponse me parait assez évidente : parce qu’il ne s’identifie pas avec les belligérants. Que des musulmans se massacrent en Libye, en Irak, en Syrie et ailleurs, laisse le monde parfaitement indiffèrent, car il ne se reconnait dans aucun des camps. Ce sont, sommes toutes, des Arabes et/ou des Musulmans – le citoyen lambda face à sa télé n’a toujours pas compris la différence entre les diverses factions, obédiences et sensibilités religieuses  – qui se massacrent entre elles ; grand bien leur fasse. La seule chose qui traverse, parfois,  son esprit c’est que le soi-disant Printemps arabe a accouché d’un monstre sanguinaire et que l’injection par la force  du concept de Démocratie lui a provoqué une allergie.
Que l’Occident regarde sans frémir les Musulmans se massacrer à qui mieux mieux, passe encore, mais  qu’il ne lève ni la voix, ni le petit doigt lorsque le peu de Chrétiens qui restent encore en Irak se font « génocider » et brûler leurs églises, est assez étrange. Aujourd’hui, et ce depuis 1700 ans, il ne reste plus un seul Chrétien à Mossoul et,  entre la fin de la Seconde guerre mondiale et le début du 21ème siècle,  la présence chrétienne au Moyen Orient a chuté de 30% à 3%. La seul et vraie question fuse : mais que fait et que dit le pape François ? Réponse : il nous exhorte à  « prier en silence » le « Dieu de la paix » pour ramener « le dialogue et la réconciliation ». Cette réponse appelle plusieurs commentaires :
- Le dialogue, je veux bien, mais qui dit dialogue dit qu’il reste encore deux parties en présence pour négocier, or l’une a disparu ; comment pourrait-elle dans ce cas dialoguer ?
- La prière en silence est certainement belle et bonne mais elle ne semble pas trop impressionner les énergumènes qui ont décidé de mettre fin à toute forme de présence chrétienne au Proche-Orient
- « Le Dieu de la Paix » auquel se réfère le pape François semble, jusqu’à preuve du contraire, assez empoté et inefficace.
- Le Pape François est d’ailleurs plus prolixe lorsqu’il s’agit de Gaza car il manifeste « sa vive préoccupation concernant le conflit en cours »
Les Chefs d’Etat occidentaux et autres organisations internationales ne sont pas plus papistes que le Pape, même lorsqu’il s’agit des Chrétiens d’Orient, et pourtant, nom d’une chicha (je me mets au gout du jour), l’Occident est quand même le descendant légitime du Christianisme. Ses valeurs, il les a puisées dans le Nouveau Testament, il me semble, et ses Constitutions, même laïques,  prônent l’Amour et la Fraternité.
Alors, force est d’arriver à la conclusion que l’Occident (à des exceptions près) se fout royalement que les Arabes se massacrent entrent eux et, qu’en passant, ils trucident les Chrétiens qui vivent en terre d’Islam. Mais alors, pourquoi se préoccupent-ils tant des Gazzaouis soumis à rude épreuve par les Israéliens. Supposez un instant que la guerre oppose non pas Israël et le Hamas, mais l’Egypte et le Hamas. L’affaire serait vite réglée parce que les Égyptiens auraient recours à des bombardiers larguant des bombes maousses et non à des avions de chasse qui font dans la dentelle, les télévisions occidentales et arabes n’auraient même pas le temps de filmer les horreurs et,  le Tour de France reprendrait la une de l’actualité, comme si de rien n’était.
Seulement voilà, ce sont les Juifs qui maltraitent les pauvres et faibles Gazzaouis et ça c’est inacceptable. Et pourquoi donc ?
Un premier élément de réponse est fourni par la réaction du Pape face au génocide des Chrétiens en Irak : la prière en silence adressée au Dieu de la paix.
Fut un temps, pas si lointain,  où les Juifs procédaient de la même façon. Ils priaient en silence dans leurs shtetel ou leur mellah pour ne pas indisposer les Chrétiens ou les Musulmans tout puissants qui avaient droit de vie et mort sur eux. Priaient-ils le Dieu de la Paix  auquel se réfère le Pape ? Je ne le crois pas. Ils priaient tout simplement Hashém, le Nom, qui les a fait sortir de l’esclavage, du pays d’Egypte, en lui demandant de réitérer ce miracle, et par là même, de faire cesser leurs souffrances liées à l’exil. Il faut croire que le Dieu à qui les Juifs adressaient leurs prières silencieuses s’est avéré être plus efficace que le dieu du Pape puisque, le fait est, qu’ils sortirent de l’exil, et fondèrent même un Etat. A la fondation de l’Etat juif, et ce jusqu’à la veille de la guerre des Six Jours,  les Goyim se montrèrent attentistes et attentifs : vont-ils ou non se faire massacrer par les hordes arabes tellement plus nombreuses qu’eux, l’Etat juif allait-il perdurer, les Juifs sauront-ils se battre, le D.ieu d’Israël est-il fiable ou s’agit-il d’une farce historique? La logique eut aimé que tel en soit le cas,  et pourtant, nous voici en l’an de grâce 5774 après la Création du Premier homme et l’Etat des Juifs est toujours là. Il ne mène pas une guerre pour sa survie, il mène une guerre pour qu’on lui lâche les baskets. Et comment la mène-t-il ? N’en déplaise aux méchants et aux sous-bulbés, il la mène de la manière la plus morale, la plus respectueuse de la vie humaine possibles, face à un ennemi qui ignore jusqu’au sens du mot « éthique ».  Et ça, aux yeux du monde c’est insupportable !
Il est insupportable aux yeux des Chrétiens et des Musulmans que le D.ieu d’Israël se batte avec eux, et pour eux. Comme le dit si intelligemment un gars du Hamas : « A la question «  COMMENT EST-IL POSSIBLE QUE VOUS TIRIEZ AUTANT DE ROQUETTES SUR ISRAEL ET QU’IL N’Y AIT PAS DE VICTIMES. ? » La réponse fuse : « Nous le savons, mais D.IEU TRAVAILLE POUR ISRAËL ! » Mais alors, « le Dieu de la Paix » à qui le Pape adresse ses prières  et le Allahu akbar (Dieu est plus Grand ) des Musulmans sont, pour le moins, d’une extrême inefficacité.
La partialité de dieu qui distribue de meilleures cartes à Israël qu’aux Musulmans insupporte grandement les Catholiques. Ceux-là ont déjà compris et, presque admis que le business qu’ils ont mis au point il y a deux millénaires est en quasi faillite. Leur credo, répété à l’envie, que le peuple élu n’était plus les Hébreux mais les Chrétiens, prend l’eau de toutes parts à la lecture des faits, c’est-à-dire de la tonicité d’Israël. Leur dernier espoir d’avoir raison reposait sur Ismaël afin qu’il vienne à bout de Jacob/Israël. Après tout, les voies du seigneur sont impénétrables ainsi que les moyens d’arriver à ses fins, et voici que ce dernier espoir s’écroule aussi.
Mais, me direz-vous, l’Europe est devenue aconfessionnelle, laïque, démocratique, républicaine, et tout et tout. Faux ! Qu’on le veuille ou non, la Gauche comme la Droite sont pétries de valeurs humanistes et identitaires qui viennent en droite ligne du Nouveau Testament. Se réclamer athée ou agnostique ne signifie pas que l’on s’est débarrassé de l’enseignement  de ses pères, même si l’on l’a quelque peu écorné au passage. La défense du faible et l’opprimé (surtout si le cameraman ou le monteur ont bien faits leur boulot) face au puissant et au riche préexistait à tous les ismes à la mode. La meilleure preuve est que plus l’on est à Gauche plus on exècre Israël.
Insupportables aussi aux yeux des occidentaux sont les codes d’honneur et les règles humanitaires appliquées par les soldats israéliens dans cette guerre.  Des fantassins qui vont jusqu’à se mettre en péril pour ne pas tuer des innocents, des chasseurs qui renoncent à tirer et font demi-tour parce qu’ils aperçoivent des enfants (eh oui cela s’est produit mais aucun média occidental n’en a parlé) c’est inacceptable. Les Juifs posséderaient-ils une humanité qui a fait défaut aux armées occidentales lors de toutes leurs guerres, saintes ou profanes ? La morale et le respect de la vie humaine ont-elles changé de camp ? Bien sûr, on vous rabâche du soir au matin que Tsahal massacre des innocents, mais les personnes informées et les grands de ce monde connaissent les faits. Et la réalité est qu’aucune armée du monde n’est aussi respectueuse de la vie humaine quand il s’agit de civils que Tsahal. Ni les Européens, ni les Russes ni les Américains ne se sont préoccupés des « pertes collatérales » lors de leurs guerres diverses et variées; il n’est pas utile d’évoquer les armées arabes parce que le concept même de «  pertes collatérales » est inconnu dans leur mode de pensée. Et pourtant, où se trouvent les donneurs de leçons qui enjoignent à Tsahal d’épargner les civils ; comme si on les avait attendus pour le faire ?
L’honneur, la morale, l’éthique et le respect de la vie humaine a été théorisé et mis en œuvre par l’Armée de Défense d’Israël et c’est bien cela, de manière à priori paradoxale,  qui chiffonne et met en rage l’Occident. Ainsi, non seulement D.ieu dérive la trajectoire des missiles pour qu’ils n’atteignent pas les Juifs qui habitent à Sion, mais en plus, les soldats de Tsahal se comportent comme ne se sont jamais comportés les armées occidentales. La protection divine va donc de pair avec la justesse de la cause défendue et  le respect des Commandements divins. L’Occident, après avoir perdu ou renié sa foi, a perdu au profit d’Israël ses valeurs dont il était si fier. Vous savez celles qu’il voulait léguer à la Libye, à la Syrie … (lire les élucubrations de BHL)
Non, c’est article n’est pas achevé et à peine relu, mais je le publie tout de même parce que aujourd’hui Vendredi 1er Août il y a une chance raisonnable pour que le conflit à Gaza connaisse une trêve et qu’ainsi cesse la perte de nos soldats.
A titre personnel, je me fous des roquettes qui volent au-dessus de ma tête, des sirènes, des remontrances américano-onusiennes, des dégâts de toutes sortes causés à Gaza mais je ne supporte plus de voir la photo des jeunes soldats morts.

Suite, si D.ieu veut, au prochain numéro.

9 Av, j’en ai marre de me lamenter ce jour-là, ou un autre jour

Les deux Temples ont été détruits, paraît-il, le 9 du mois de Av, l’exil d’Espagne aurait commencé en ce même jour de Av. Pour donner encore plus de solennité à ce jour de deuil, de jeûne et de lamentations, nos sages et nos historiens ont fourré, bon gré ou mal gé un tas d’autres évènements tragiques en ce jour du 9 Av : l’interdiction pour la génération de l’Exode de rentrer en terre d’Israël à la suite de la faute des explorateurs, la destruction de la forteresse de Betar en l’an 135, marquant la fin de la révolte de Bar Kokhba, l’expulsion des Juifs de France par Philippe le Bel, l’expulsion des Juifs d’Angleterre par le roi Édouard Ier d’Angleterre, les déportations des Juifs parqués dans le ghetto de Varsovie vers le camp d’extermination de Treblinka, et que sais-je encore ?
Pour moi, ce jour du  9 Av 5744 qui correspond au 5 Août 2014 marque la sortie des troupes israéliennes de Gaza et leur déploiement le long de la frontière, ce qui implique que B.H d’autres jeunes combattants ne tomberont plus au combat, et, en ce qui me concerne, c’est cela l’essentiel. Ce matin, je n’ai pas entendu ni les roquettes, ni la sonnerie de Tseva Adom sur mon portable, les Egyptiens sont parvenus à faire entendre (du moins provisoirement) raison au Hamas et au Djihad islamique. Alors, comme on dit en hébreu hakol Tov vé Yaffé, tout est bon et beau, pourquoi me lamenterai-je ? Parce que jadis, en des temps lointains et moins lointains, des choses extrêmement désagréables pour le peuple juif se sont produites ? Certes, mais admettons-le une fois pour toutes, ces choses-là ne se sont pas produites en vain, la meilleure preuve c’est que nous sommes là, ici et maintenant sur la terre d’Israël en train de fêter la victoire de Tsahal sur nos ennemis (bien que les plus pessimistes d’entre nous relativisent cette victoire), que le peuple d’Israël à Sion et en Diaspora ont fait preuve d’un sang-froid et d’une solidarité à toute épreuve.
Force aussi est de constater, sans chercher à décrypter les calculs du Très Haut, que la marche de l’Histoire ne relève pas du fortuit ou du Mazal, de la chance ou du déterminisme astral, mais que la Volonté divine imprime Sa route aux hommes et aux événements. Je ne citerai que deux exemples
- Il existe à l’ouest des hommes forts puissants et passablement mal intentionnés à l’égard d’Israël. S’ils étaient complétement libres de leurs mouvements, ils nous causeraient les plus grands dommages et d’ailleurs ils ne se privent pas d’essayer. Mais, comme le dit jadis, fort justement Bilaam, « je ne mettrais dans ma bouche que ce que ce que l’Eternel me dira de dire et de faire ». Ainsi, l’animosité d’un Obama n’empêche pas la Chambre des Représentants de voter à Israël tous les crédits militaires dont le pays a besoin.
- L’Egypte, Mitsraïm, a failli basculer dans le camp des Frères Islamistes à la Morsi-mord là ; le grand roi noir de l’ouest  a d’ailleurs  tout fait pour y parvenir, et voici que le plus grand ennemi potentiel de l’Etat hébreu devient aujourd’hui son plus grand allié objectif. Cette volte-face de l’Histoire n’est pas sans rappeler, à mon humble avis, la saga de Pourim où le méchant Aman, par un pied de nez à toute logique, est pendu à la potence qu’il réservait à Mordekhaï. Un évènement de cette nature passe pratiquement inaperçu par les observateurs, alors qu’il s’agit d’un pur miracle (bien que je déteste employer ce mot). Imaginez quelle eût été la situation si l’opération Tsuk Eytan s’était déroulée avant que Sissi ne prenne le pouvoir ?

Donc, pourquoi me lamenterai-je en ce jour du 9 Av et pourquoi me lamenterai-je tout autre jour de l’année puisque Hashém conduit son monde dans l’intérêt d’Israël. Je devrais à l’extrême limite chanter le Hallel(Louanges réservées au Rosh Hodesh et fêtes) tous les Jours de la semaine pour le remercier de ses bontés, même les jours où ses bontés ne me paraissent pas évidentes. Toutefois, pour ne pas me déconnecter du Klal Israël, en ce 9 de Av je jeûnote un peu, je me lamente un peu, pour la forme.
A préciser bien entendu, que le Jeûne de Kippour doit être observé avec le plus grand sérieux, puisqu’il s’agit du lien très particulier et subtil que les juifs entretiennent avec Hashém.

Olmert blanchi, et le Figaro toujours à la pointe pour travestir le vérité et salir Israël

« Un ex-premier ministre condamné en Israël  » jubile le Figaro,   « Ehoud Olmert condamné pour corruption »  triomphe le Nouvel Obs. Et les canards français à l’unisson de s’enthousiasmer  des nouveaux malheurs qui accablent Israël. Il est vrai qu’en petits caractères, certains média admettent que sur quatre chefs d’accusation, le précédent Premier ministre de l’Etat d’Israël n’a été jugé responsable que d’un seul, et le moins important de tous. Mais qui lit les articles, si ce n’est ceux qui se délectent à l’avance de voir Israël trainé dans la boue ?

Bien entendu la vérité est toute autre. J’avais écrit à l’époque, soit dès Mai 2008 plusieurs articles sur les soi disant enveloppes qu’un dénommé Talansky aurait remises à Ehoud Olmert.  Je me cite :

Un dénommé Maurice Talansky, affairiste trouble à l’ego démesuré, a sali le Premier Ministre de l’Etat d’Israël  ……………………………………….. Ce qui m’exaspère c’est qu’un individu louche, venu de nulle part, avec une gueule aussi franche que celle de Madoff, mette en péril  Israël en bouleversant la donne politique. Il est certain que c’est un juif, portant Kippa noire et pratiquant Torah et Mitsvot. Je me suis renseigné, il a même été consacré rabbin dans sa jeunesse

Moshé Talansky aurait déclaré à un policier qu’il avait peur qu’Olmert n’envoie un homme de main s’en prendre à sa personne. Sur la base de cette confidence, le Procureur en charge du dossier, aurait décidé de permettre à  Moshé Talansky de témoigner en toute hâte, tant qu’il était encore, physiquement, en mesure de le faire. Ce prétexte, largement repris par les médias israéliens, qui permet au Procureur de faire témoigner Talansky, avant qu’il ne se volatilise aux Etats-Unis, porte un  préjudice considérable au Premier Ministre, et salit l’Etat d’Israël.   Olmert ne serait pas seulement soupçonné d’avoir touché des pots de vin, il serait aussi un maffieux,  un assassin en puissance.

Ce qui m’intrigue, c’est de savoir qui est à l’origine de cette affaire, qui a joué le rôle de « gorge profonde – deep throat » (voir Affaire Nixon), qui a manipulé Talansky, pour qu’il se mette à chanter comme un pinson, et à balancer à la police son « cher ami » Ehoud Olmert, et pourquoi l’a t-il fait ?

La Maison Blanche aurait manipulé Talansky pour qu’il fasse tomber Olmert, paralysant ainsi (ou pensant paralyser) toute opération israélienne d’envergure contre l’Iran.

La Justice israélienne a tranché : quatre ans après les faits, le témoin Talansky a été jugé non fiable. Un menteur quoi, doublé d’un nuisible qui a réussi mettre à bas le gouvernement Olmert, sans doute un des meilleurs  qu’ait connu Israël.

Ce que les canards français oublient de dire c’est qu’Olmert sort, non pas blanchi – l’est-on jamais complètement ? -  mais triomphant, de ces épreuves  et que cela rebat les cartes politiques en Israël. Ehoud Olmert va reprendre à moyen terme la tête de Kadima et constituer une coalition qui risque de poser quelques problèmes à Bibi, ce qui me réjouit au nom de la démocratie israélienne.

Jusqu’à quand les Juifs qui portent «un signe religieux distinctif» se feront tabasser par des jeunes « d’origine maghrébine » ?

Selon le ministère, lors de son agression, le jeune homme scolarisé à Otsar Hatorah, victime d’une violente agression dans un train reliant Toulouse à Lyon  portait « un signe religieux distinctif ». Bien fait pour sa gueule, il n’avait qu’à ne pas en porter ou bien à ne pas le montrer, ou bien à le cacher dans sa poche avec son mouchoir par-dessus. Parce qu’il est bien connu que dans la France d’aujourd’hui porter ne serait-ce qu’une étoile de David à son cou est passible de passage à tabac.

A l’inverse, les deux jeunes agresseurs « d’origine maghrébine » avaient un projet professionnel précis et noble : intégrer l’armée française. Ils ont été appréhendés dans le centre de recrutement du quartier général Frère dans le 7e arrondissement de Lyon ; ce qui prouve bien leur attachement à la France, à ses valeurs républicaines et à leur désir de servir « leur » patrie. Ils n’avaient même pas de casier judiciaire ! Peut-être estimaient-ils que tabasser un jeune juif insolent qui portait avec ostentation un Maguen David était un acte nécessaire, comme boycotter les produits alimentaires provenant des territoires volés aux Palestiniens. Un sioniste, vendu à Israël, qui n’allait surement  pas, s’engager comme eux, dans l’Armée française, mais dans Tsahal. En tout cas, si j’étais leur avocat, c’est la thèse que je plaiderai.

Le ministre de l’Intérieur promet « des sanctions sévères et s’engage à combattre toutes les résurgences de ce mal profond qu’est l’antisémitisme, une offense aux valeurs et à l’histoire de notre République». Fermer le ban ! Que de fois avons-nous entendu ces déclarations d’intention qui font bien rigoler les Merah and Co ; les sanctions infligées aux auteurs d’actes antisémites sont quasi inexistantes et  ne décourageant personne à en commettre de nouvelles. Reconnaissons une fois pour toutes que ce n’est pas la République qui défendra ses juifs et  ce n’est pas la Justice de la République qui punira de manière exemplaire leurs agresseurs.

Alors que fait-on, sachant que ce genre d’agressions se banalise au point qu’elle passera bientôt à la rubrique des chiens écrasés dans les faits divers ?

On pourrait imaginer que demain, tous les Juifs de France se mettent à porter un « signe religieux distinctif ». Ainsi, les jeunes d’origine maghrébine seront submergés par le nombre de porteurs de signes distinctifs et ne sauront plus où donner du baston. Mais à la réflexion, c’est une mauvaise idée, car le nombre de victimes risque alors de se compter par dizaines, voire d’avantage Donc, que faire pour que cela ne se produise pas ?

Il faudrait, que parallèlement aux cours de Torah dispensés à Otzar Hatorah et autres écoles juives, des cours de self-defense, Krav Maga ou tout ce que vous pouvez imaginer, soient dispensés à tous les élèves, par des instructeurs qualifiés, israéliens de préférence. Que les mouvements de jeunesse, Eclaireurs israélites de France et autres organisations juives en fassent autant. Seules des ripostes musclées aux agressions sont susceptibles de décourager les jeunes maghrébins de casser du juif.

J’ai évoqué dans un précédent article (En Israël, les touristes s’entrainent au tir. Scandale, il faudrait le réserver aux Musulmans en Afghanistan),  l’indignation du journal La Monde qui titrait : « En Israël, les touristes peuvent passer leurs vacances à « tuer » des terroristes ». Indigné, le journal nous apprenait que ces formations au meurtre, qui ont lieu dans les Territoires occupés, durent deux heures et sont destinées à apprendre aux touristes à tirer avec une arme, à construire un plan de défense contre l’ennemi ou à gérer une attaque terroriste et une prise d’otages » et je soutenais qu’il s’agissait d’une œuvre de salubrité publique et qu’il faudrait au contraire systématiser, rallonger et enrichir la formation, et proposer à tous les touristes qui entrent en Israël de participer à un entrainement. Ce principe d’entrainement sur des terroriste en carton mais, à balles réelles, est une nécessité impérieuse quand on choisit une destination touristique aussi farfelue, et, avantage subséquent : cela pourra peut-être lui être utile à son retour de vacances dans son pays d’origine.

Je ne croyais pas si bien dire.

La répétition et la banalisation des attaques contre les juifs de France nécessitent un switch dans leur tête,  de sorte à ne plus considérer leur rôle de victimes comme une fatalité imposée par la disproportion du nombre. Ce temps là est définitivement révolu, en France et ailleurs.